Mettez du Romarin dans votre vie !

Vous êtes noromarinmbreux  posséder un jardin et même que pour certains d’entre-vous, il y a déjà un romarin qui s’étoffe d’année en année…

savez-vous que cet arbuste a la particularité d’être un protecteur du foie ? Sa richesse en acide carnosique¹, par exemple protège nos cellules hépatiques contre la toxicité de l’alcool (et en la période des fêtes qui s’ouvre, il faudra être vigilant à ne pas trop en consommer !), le stress, ou la stéatose hépatique associée à la consommation excessive de gras (gras des viandes, gras des desserts, gras des fromages etc.). Mais en plus de cet effet protecteur, le romarin apparaît, par sa richesse en acide rosmarinique², l’un de ses composants, agissant comme un puissant régénérateur sur le foie. En effet, le foie (l’organe le plus gros, le plus lourd et le plus chaud de l’organisme) présente la particularité unique de pouvoir s’autorégénérer en cas d’ablation partielle, comme lors d’une procédure chirurgicale courante en cas de fibrose ou de tumeur. Un autre composant intéressant  est sa richesse en carnosol³. Aussi, une consommation de romarin aura pour effet d’accélérer la production de nouveaux hépatocytes*.

Comment consommer le romarin ? Le plus simple : en tisane. Il suffit de ponctionner un rameau, de le passer sous l’eau du robinet pour le laver, puis de le jeter dans une casserole d’eau que l’on portera à ébullition, puis arrêter le feu et laisser infuser 5 à 10 minutes, boire 2 à 4 tasses par jour. On peut aussi, couper une branche et la laisser sécher dans la cuisine une semaine, puis récolter les feuilles (aiguilles) et les stocker dans une boite en fer ou en sachet papier comme pour une tisane. Alors, pourquoi acheter des compléments alimentaires pour le foie, alors que votre romarin vous attend dans le jardin ? Une tisane (= 1 cuillère à café de feuilles par tasse) par semaine en guise de petit déjeuner rendra un grand service à votre foie…

¹ L’acide carnosique est très anti-oxydante et diminue l’action des radicaux libres.

² L’acide rosmarinique est un puissant anti-oxydant piégeur de radicaux libres et on lui attribue un pouvoir anti-viral et antibactérien ainsi qu’en activité anxiolytique (par interaction dans le métabolisme de l’acide gamma amino-butyrique (GABA) à la manière des benzodiazépines comme le librium ou le valium). Des expériences prouvent que l’acide rosmarinique est absorbée digestivement et se retrouve suffisamment longtemps dans le sang pour agir avant d’être dégradée et métabolisée.

³ Le carnosol est lui aussi anti-oxydant et anti-inflammatoire , des études récentes montrent que c’est une substance qui, quand elle est présente dans la nourriture de façon régulière (comme dans les pays du pourtour méditerranéen), permet de diminuer le risque de survenue de nombreux cancers ; prostate, sein, peau, colon, leucémie. Le carnosol serait un protecteur des neurones et il est possible qu’il retarde ainsi le développement des maladies dégénératives du cerveau dont la maladie d’Alzheimer.

*Hépatocyte = cellule du foie

Thierry FURNON-BODIN, naturopathe, iridologue. Cabinet au Thou.



Rhinoplastie Montpellier 2015 |
Frenchnfit |
Pain and gain |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Diététicienne Besancon Vesoul
| Blossomforever
| Beach26talk